Voir les choses autrement

Nancy Therrien Blogue Laisser un commentaire

2 histoires de perception qui vous mettront un sourire dans la face


Avant de commencer, j’aimerais vous mettre en contexte avec quelques définitions de Wikipédia, nécessaires à la bonne compréhension de ce billet Voir les choses autrement: 2 histoires de perception qui vous mettront un sourire dans la face, notamment pour l’histoire de perception numéro 1.

Langage: Le langage est la capacité d’exprimer une pensée et de communiquer au moyen d’un système de signes(…)

Pensée : Au sens large, la pensée est une activité psychique, consciente dans son ensemble, qui recouvre les processus par lesquels sont élaborés, en réponse aux perceptions venues des sens, des images, des sensations, des concepts que l’être humain associe pour apprendre, créer et agir.

Caillou : Émission télévisée dont le personnage principal est un petit garçon âgé de quatre ans répondant au nom de Caillou.

Monsieur Lajoie : Monsieur Lajoie est le gentil voisin de Caillou qui aime jardiner. (Ok, celle-là c’est ma propre définition).

Marilie : Marilie est une merveilleuse petite fille de 3 ans, fan de Caillou, dont l’activité psychique est en ébullition. (Encore ma définition, on s’entend).

En bref

Si je résume les définitions de Wikipédia (Et les miennes), le langage est la capacité à exprimer une pensée, laquelle répond aux perceptions générées par les sens. Monsieur Lajoie est un personnage de l’émission Caillou et Caillou est quant à lui un gentil petit garçon que la très intelligente Marilie aime regarder à la télévision.

Bon, ceci étant dit, vous êtes maintenant prêt pour les histoires de perceptions.

Histoire de perception numéro 1 : Aww, c’est cute !

Après avoir regardé 488 fois Caillou, Marilie, ma petite fille très intelligente, s’est fabriquée une idée bien à elle de notre voisin. Comme elle le voit toujours en train de travailler dans son jardin, elle l’a baptisé (Rebaptisé !) Monsieur Lajoie.

Dans la petite tête d’enfant de Marilie, il s’agit d’une évidence : La vie, c’est Caillou et Caillou, c’est la vie. Alors, tous les voisins qui jardinent sont des ‘’Monsieurs’’ Lajoie. Et, pourquoi pas !

Ce concept directement sorti de la tête de ma petite fille est juste pur et beau. Puis, ce qui l’est davantage, c’est que chaque fois que Marilie interpelle le voisin de sa petite voix, celui-ci sourit à pleines dents et lui pique une jasette.

Du gros bonheur simple et gratuit, on aime ça !

Marilie et Monsieur Lajoie-voisin ont développé leur façon bien à eux de communiquer. Ils ne se comprennent pas, mais ils ont l’air de s’apprécier. Malgré nos explications répétées (Papa et moi), Monsieur Lajoie-voisin ne comprend toujours pas pourquoi la petite Marilie l’appelle ainsi : ‘’Caillou qui ? Non, connais pas !’’. Qu’à cela ne tienne, l’important c’est de jardiner.

Histoire de perception numéro 2 : Vous aussi auriez ri

Même à presque 14 ans, il arrive que mon fils ne perçoive pas certains propos de la même manière que les adultes. Et, c’est tout à fait normal, car l’inverse est aussi vrai. Je veux dire, quand il essaie de m’expliquer que l’expression ‘’C’est hard’’ ne sert pas seulement à qualifier une situation complexe et qu’elle peut être utilisée de manière positive, je perds tous mes repères.

Je suis devenue vieille linguistiquement parlant il faut croire.

Or, il y a quelques mois, j’en étais à répéter pour la centième fois une consigne. Après un long discours sur le pourquoi du pourquoi il fallait que mon fils se conforme à ma demande, j’ai évacué une phrase qui ressemblait à peu près à cela : ‘’Je suis fatiguée de ça !’’et lui, de rétorquer : ‘’Ben, va te coucher maman !’’.

J’étais abasourdie par son insolence involontaire. Voir que je voulais aller me coucher ! Prendre un verre de vin, me plonger dans un bain chaud, aller prendre une longue marche, prendre un autre verre de vin, vous voyez, de tout ça j’en avais envie, mais pas d’aller me coucher.

Alors, j’ai ouvert une bouteille de vin, m’en suis servi un bon verre et j’ai ri.

La morale de ces histoires

On perçoit notre univers avec les notions qu’on acquiert tout au long de notre parcours. Plus il s’allonge, plus on développe nos idées sur le monde qui nous entoure. Ainsi, on utilise le langage- propre à l’être humain- pour exprimer nos pensées engendrées par nos perceptions.
Ces pensées sont le reflet de notre âme puisqu’elles servent à définir notre manière de voir les choses, nos émotions, nos opinions.

Bref, nos pensées sont ce que nous sommes.

Bientôt, le concept Monsieur Lajoie n’existera plus dans la tête d’enfant de ma petite fille. Il maturera et bien vite (Trop!) elle comprendra que son voisin porte un autre nom. Très bientôt aussi, mon fils saisira qu’on peut être fatigué sans avoir sommeil. Nos perceptions, donc notre langage, évoluent.

Heureusement!

Par contre, on ne se le cachera pas: Cette belle et douce naïveté du langage de l’enfance est émouvante.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *